Chronologie

Vous trouverez ci-après quelques dates importantes, ainsi que des clés de lectures dans la Foire aux questions

En espagnol : HISTORIA HERMANAS DE SAN JUAN

In English : crisis timeline

Les Sœurs contemplatives de Saint-Jean ont été fondées en 1982 par le père Marie-Dominique Philippe. Elles ont comme co-fondatrice Sœur Alix Parmentier (art.173 §4 des Constitutions approuvées par le Cardinal Barbarin le 2 juin 2004), qui était Prieure générale jusqu’en 2009.  L’Institut a été érigé de droit diocésain le 25 mars 1994 à Lyon (France). En juin 2009, il était présent dans 28 diocèses du monde (380 membres, parmi lesquels 130 professes perpétuelles).

26 août 2006 : Retour à Dieu du fondateur.

Des désaccords sur la manière d’envisager la famille st Jean et sur la singularité du charisme des soeurs contemplatives, branche en pleine expansion.

6 juin 2009 : Le Cardinal Barbarin renvoie le gouvernement normalement élu et représentatif devant la loi civile, et nomme par un décret sans motif du 19 juin 2009, une soeur qui fait partie de ladite minorité, comme Prieure Générale de la Congrégation. Cette nomination est figée pour 6 ans et le droit de vote est retiré aux sœurs professes perpétuelles qui ne pourront plus élire leur Prieure Générale et son Conseil avant 2015. Sans respect du droit canon, sans consulter les autres Evêques, sans dialogue avec les sœurs, il demande de tout accepter « dans la foi ».

Sœur Alix accepte immédiatement de laisser sa charge, comme elle l’avait déjà proposé au Cardinal Barbarin 2 ans auparavant, mais refuse, en conscience, de dire publiquement que le choix de la prieure nommée est le bon : ce sera considéré comme de la désobéissance.

20 août 2009 : Aux novices particulièrement éprouvées par ces décisions, Sœur Alix propose de retourner dans les lieux de désert des soeurs.

24 septembre 2009 : Suite à un vice de forme, nouveau décret du Cardinal Barbarin -en remplacement de celui du mois de juin- avec motifs.

8 octobre 2009 : Les sœurs à 90% fidèles à Sœur Alix font un recours à Rome, récusant un à un tous les motifs.

10 novembre 2009 : En réponse, le Cardinal Rodé (préfet des religieux), le Cardinal Barbarin et le Cardinal Bertone décident de révoquer la soeur qui avait été nommée Prieure et de nommer Mgr Bonfils Commissaire Pontifical pour gouverner la Congrégation.

Fin novembre : Envoi en exil sans motifs de la fondatrice et de trois sœurs de l’ancien gouvernement (Barroux puis Visitandine de Voiron, Abbaye de Maylïs et Bedgemal en Israël).

Fin 2009 : Mgr Bonfils gouverne l’Institut en s’entourant d’un conseil de personnes extérieures à la Congrégation dont deux Mères Abbesses bénédictines émérites, déjà imposées en 2008 comme « assistantes de gouvernement » par le Cardinal Barbarin. Il y associe des sœurs qui appartiennent toutes à la minorité cité ci-dessus.

27 décembre 09 : Mgr Raùl Vera Lopez, Evêque de Saltillo, accepte de prendre sous sa protection 4 sœurs et celles qui le désirent (consulter la lettre de soutien de Mgr Raùl).

Janvier 2010 : A leur demande, plusieurs sœurs sont autorisées à quitter l’Institut et se mettent sous la protection de Mgr Raùl Vera Lopez, Evêque de Saltillo, rapidement suivies par une centaine de sœurs.

28 février 2010 : Le Cardinal Rodé, devant la menace d’un éclatement de l’Institut, libère les 4 sœurs et promet une Assemblée de Professes Perpétuelles, tout en demandant en échange à toutes les sœurs de revenir dans la Congrégation, ce qu’elles font (consulter la 2ème lettre de Mgr Raùl).

Novembre 2010 : Assemblée à Lourdes pour un travail fructueux sur le charisme.  Mgr Bonfils propose un gouvernement composé de membres qui pour la première fois représentent désormais les deux tendances de sœurs. Le Cardinal Bertone ne tiendra pas compte des  conclusions de l’Assemblée et nommera un autre Commissaire Pontifical, Mgr Brincard.

Mars 2011 : Mgr Brincard, reprend comme assistante la première soeur nommée comme prieure générale par le Cardinal Barbarin sans tenir compte de l’avis de son prédécesseur et des votes de l’Assemblée.

Février 2012 : Recours devant la Congrégation des Religieux par les sœurs à l’encontre des décisions de Mgr Brincard qui ne respecte pas les Constitutions. Beaucoup de sœurs se sentent personnellement blessées par son attitude à leur égard.

En réponse Mgr Brincard est nommé Délégué Pontifical avec des pouvoirs accrus, notamment ceux de modifier les Constitutions. De nombreux départs, dont des sœurs piliers de la minorité en opposition à la fondatrice, illustrent en négatif cette douloureuse période.

Juin 2012 : Une trentaine de sœurs arrivées à échéance de leurs vœux auxquelles ont avait refusé depuis trois ans la possibilité de s’engager par des voeux perpétuels ont fondé une association, les « Sœurs de Saint Jean et Saint Dominique » en Espagne. Cette dernière a été créer avec l’appui d’un certain nombre d’évêques et sous la direction de l’Evêque Don Demetrio, selon le droit canonique et avec l’accord de Rome (consulter la lettre de Don Demetrio et Sr Gabriel aux familles). Les soeurs seront rapidement 150, accueillies dans une dizaine de diocèses, dans le monde entier.

Juillet 2012 : Le nouveau Préfet des Religieux, Monseigneur Braz, remercie Don Demetrio d’avoir accueilli cet Institut, lequel se dit prêt à accueillir les professes perpétuelles de Saint Jean qui le souhaitent.

Octobre 2012 : La secrétairerie d’Etat intervient et demande à Don Demetrio de dissoudre le nouvel Institut, par soucis d’’unité de la famille Saint Jean. Don Demetrio fait recours auprès du Saint Père.

10 janvier 2013 : L’Institut Saint Jean et Saint Dominique est dissout par rescrit signé par le Cardinal Bertone (consulter le rescrit). 150 sœurs sont réduites à l’état laïc.

Fin janvier 2013 : 80 sœurs de Saint Jean, essentiellement professes perpétuelles, demandent à quitter la Communauté Saint Jean.

2 février 2013 : Création de l’Association Espérance et Dialogue par des parents et amis des soeurs estimant que cette situation défigure l’Eglise, pour soutenir matériellement ces soeurs qui n’ont plus de statut.

13 mars 2013 : Election du Pape François.

mars 2013 : Parution d’une lettre de Mgr Brincard dans « La lettre aux Amis » du mois de mars intitulée « Information sur les sœurs contemplatives » (pp 20-22)

12 avril 2013 : Réponse de l’Association Espérance & Dialogue à la lettre de Mgr Brincard (consulter la lettre intitulée « Information sur les sœurs contemplatives, une autre perspective »).

26 août 2013 : Rencontre autour de Sr Alix, à l’occasion du 7ième anniversaire du rappel à Dieu du Père Marie-Dominique

10 novembre 2013 : Le Card. Joao Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation des Religieux, ainsi que de Mgr Carballo, Secrétaire de la même Congrégation, rencontre une centaine soeurs en Espagne.

17 juin 2014 : Lecture d’un courrier par le Card. Joao Braz de Aviz, Préfet de la Congrégation des Religieux, en présence de 9 autres Evêques, aux ex-soeurs de Saint Jean et Saint Dominique rassemblées en Espagne à sa demande, donnant notamment l’autorisation de refonder une association publique de fidèles.

25 juillet 2014 : signature des statuts de l’Association « Maria Stella Matutina » à Bergara par l’Evêque de San Sebastian en Espagne.

Publicités