Homelie pour l’Ascension

Cette fête de l’Ascension doit être pour nous une très grande joie, celle que Marie a connue, parce que l’Ascension de Jésus nous montre combien le Père aime le Fils et l’attire tout à lui. Or nous savons que cet amour du Père pour son Fils nous est donné. Notre grâce chrétienne est cet amour qui, dans le Christ, nous lie au Père comme ses fils bien-aimés ; et nous savoir aimés d’un amour si fort et si unique, c’est tout pour notre cœur. Savoir que le Père aime son Fils de cet amour éternel qui est toute la joie du Fils, et savoir que cet amour, par Jésus, s’étend sur chacun de nous, n’est-ce pas merveilleux ? Voilà ce que nous devons regarder en premier lieu aujourd’hui. Jésus n’est pas venu établir un royaume terrestre. S’il était venu pour cela, nous pourrions désespérer en voyant ce qui se passe autour de nous… Jésus est venu en premier lieu pour mettre dans notre cœur l’amour du Père pour ses enfants, pour mettre dans notre cœur cette vérité éternelle, cette lumière que nous recevons dans la foi et l’amour. Il est venu établir un royaume tout intérieur, plus réel que tout royaume visible parce qu’il est divin et éternel. Et aujourd’hui l’Eucharistie doit nous faire vivre ce grand mystère d’amour qui nous lie au Père par Jésus, et qui nous lie aussi entre nous puisque nous sommes liés par le même amour — même s’il y a en nous de très grandes différences, car la grâce ne supprime pas la nature. Mais le Seigneur aime rassembler ses enfants dans une très grande diversité pour que nous comprenions que l’unité est au delà de tout ce que nous voyons, que l’unité est divine, qu’elle est dans le cœur du Christ, auprès du Père, dans l’Esprit Saint, et que c’est Marie qui la garde. (Homélie du père Marie-Dominique Philippe le 4 mai 1989)

Publicités