Méditation de Carême n°5

English : Lent 2014 n°5
Espagnol : Meditacion 5
Lietuviu : Penktasis Gavėnios sekmadienis

Désirer la contemplation, la chercher, c’est chercher la gloire de Dieu, qui est tout autre que celle des hommes. La gloire des hommes vient de l’extérieur, du jugement des hommes sur nous. La gloire de Dieu, c’est la communication de son amour au plus intime de nous-mêmes. Dieu est glorifié en nous quand nous l’aimons, quand nous désirons l’aimer. Dieu est glorifié en nous quand nous sommes dans cette attitude de mendicité qui appelle son amour sur nous et lui permet de nous communiquer pleinement cet amour. Jésus a glorifié le Père à travers la Croix, parce que sa pauvreté a alors été telle que, dépouillé de tout, il a pu être enveloppé de l’amour du Père. « De riche qu’il était, il s’est fait pauvre pour nous enrichir par sa pauvreté » [1]. Plus le Christ est allé loin dans la pauvreté, plus le Père a pu lui communiquer son amour. Et nous aussi, nous glorifions le Père quand nous entrons dans cette pauvreté qui est un appel à son amour, quand nous recevons sa miséricorde pour être entièrement transformés par elle. A ce moment-là nous glorifions vraiment Dieu. Comprenons cela, surtout aujourd’hui où nous sommes très sensibilisés à l’opinion des autres parce que nous vivons dans un monde de propagandes, un monde où l’opinion joue, pour presque tous les hommes, un rôle capital. C’est pourquoi, aujourd’hui, il faut vraiment avoir un désir de contemplation pour être libre, ou plus exactement pour conquérir cette liberté (car elle se conquiert). Il faut avoir cette liberté intérieure qui nous fait chercher une seule chose : la volonté de Dieu. La foi peut alors grandir, nous pouvons vraiment avoir cette autonomie profonde que nous donne la contemplation, et nous pouvons par le fait même glorifier Dieu.

(Suivre l’Agneau II, pp. 254-255)

Père Marie-Dominique Philippe


[1] Cf. 2 Co 8, 9.

Publicités