Méditation de Carême n°4

 English : Lent 2014 n°4
Espagnol : Meditacion n°4
Lietuviu : Ketvirtasis Gavėnios sekmadienis Meditacija 4

La contemplation est le don le plus intime de tout nous-mêmes à celui qui se donne à nous. Nous ne pouvons contempler que celui qui nous attire et qui nous aime, car la contemplation est une œuvre d’amour, dans un amour réciproque. On ne contemple ni des idées, ni des principes, heureusement. On saisit des principes, on médite sur des idées, mais on ne peut contempler qu’une personne vivante. Dans la méditation, on peut « ruminer ». Quand on a du temps pour lire l’Ecriture, on peut la méditer, ce qui mobilise notre intelligence au service de la parole de Dieu. C’est excellent en ce sens que c’est labourer la terre et enlever les gros cailloux, en vue d’être plus capable de vivre de foi, d’espérance et d’amour. Mais la contemplation et l’oraison sont autre chose, elles tendent immédiatement à un contact direct et personnel. Instinctivement, nous retombons facilement dans la méditation, parce que c’est un domaine où nous pouvons devenir spécialistes (au bout d’un certain temps, on peut acquérir une certaine méthode de méditation), tandis qu’on n’est jamais spécialiste de l’oraison et de la contemplation : il faut recommencer tous les jours, et il faut accepter d’être des pauvres.

(Suivre l’Agneau II, pp. 207-208)
Père Marie-Dominique Philippe

Publicités