7 Témoignages des soeurs d’Asie

Nous conservons la langue dans laquelle nous ont été transmis les témoignages,
qui n’est généralement pas la langue maternelle des soeurs qui témoignent. 

Je suis une soeur de Saint Jean et Saint Dominique au noviciat de Manille -Philippines. Après une longue attente (à cause de la crise de la communauté ) j’ai fait profession en septembre 2012 dans ma 6ième année chez les soeurs. Ces 4 années de lutte et de grâces m’avaient déjà laissée toucher combien la personne humaine se fait dans la lutte et, ce temps difficile a été pour moi le meilleur noviciat.

Quand on a pu commencer les soeurs de Saint Jean et Saint Dominique, je me suis dit ça y est c’est fini la crise et voilà qu’en janvier 2013 notre communauté a cesser d’exister aux yeux de l’église hiérarchique. La question se posait : faut-il continuer ? Quoi faire avec l’appel de Dieu quand on me ferme la porte ? Mais les dons de Dieu sont sans repentance et les faveurs du Seigneur ne sont pas finies ni ses compassions épuisées.

J’ai décidé de rester et de choisir encore plus personnellement ma vocation et de la vivre en ce moment d’une façon plus pauvre, plus cachée en sachant que partout dans le monde on a des évêques, des prêtres et amis qui nous soutiennent et que c’est trop grand le l’héritage du père Philippe et de notre Sr Alix , une telle lumière pour l’Eglise et pour le monde, on a pas le droit de la cacher ou de ne pas la donner.

Après la dissolution notre situation n’a pas été facile : c’était dur d’enlever nos habits et parfois même nos noms religieux , dans certains lieux on a plus le droit d’aller mendier la nourriture et à cause de notre manque de statut, c’est très difficile d’obtenir des visas dans certains pays.

Malgré tout cela on est pleine d’espérance, de paix et de joie, on attend la prompte réponse des autorités de l’Eglise et là où l’on est on continue chaque jour  -dans la simplicité de notre vie- à se battre pour garder nos vocations comme dit notre chère soeur Alix : la difficulté ne doit pas nous faire peur … il faut aimer se battre avec Marie.
Duc in altum! Amen ! Viens Seigneur Jésus !
sr MI (mexicaine)

 xxx

Nous sommes environ 20 soeurs sur l’île de Manille aux Philippines. Nous sommes arrivée ici fin août 2012 et notre Evêque nous a officiellement accueillies Comme soeurs de St Jeau et St Dominique en novembre 2012 . Le lendemain de la dissolution de notre communauté en janvier 2013 nous sommes allées le voir. Il a été très compatissant et nous a demandé de rester très liées à nos soeurs en Espagne.

Une semaine après, sa retraite a été acceptée par le Saint Père et nous nous sommes retrouvées sans Evêque. Cela a été un temps difficile d’incertitude puisque nous avions quitté l’habit et que les prêtres qui étaient autour de nous nous disaient que le nouvel évêque ne nous permettrait surement pas de garder la présence réelle dans notre chapelle et qu’il allait nous demander de ne plus vivre ensemble. Les dominicains qui venaient nous célébrer la messe 3 x/semaine ont arrêté de venir car ils ne célèbrent que pour des Communauté religieuses. Les personnes autour de nous ne comprenaient pas pourquoi nous quittions l’habit.

Il a aussi fallu aider les jeunes novices (environ 15) à discerner ce qu’elles voulaient faire. Nous avons été bouleversées par leur force intérieure. pour chacune d’elle il était clair qu’elles voulaient garder leur consécration.

Quand notre nouvel évêque a été nommé, nous avons tout de suite sollicité un RDV. Notre évêque nous a reçu en avril. Il a été très bon , parternel , tout en essayant de comprendre notre situation. Il nous a permis de garder la présence réelle et d’inviter des prêtres à célébrer la messe chez nous. Depuis nous l’avons rencontré très régulièrement pour le tenir au courant de l’évolution de la situation. Lors de notre dernière rencontre il m’a dit : « le plus important c’est que vous continuiez à vivre fidèlement votre vie de prière et d’étude. Le reste (la reconnaissance officielle, l’habit, les visas religieux, les assurances) c’est secondaire et cela va venir. »

 xxx

I am sr T., from China. Now I am in the noviciate of Manila, Philippines.
One thing I would like to share whith you is the confidence I have for the church during the Crisis of own community .

It’s not easy to trust in the Church in the beginning especially when I was forced to take off the habit (the precious gift I receveid just 3 month ago.) But the example of our older sisters, their co-operation with the church in love and in thruth touch me a lot. And here we have  many good pastors also encouraging us and giving us hope .

Church is the mother, we can trust in the mother always. But we should pray a lot for the church also.

 xxx

 I am sister A. I have been in our community for 6 years. Because of the crisis of the community, I was delay to receive my habit and also it was removed just after 5 month in Feb 4.2013.

At that time , it seems we where abandoned by the churchIt seems we , were not in trust, we disobey…
Where  shall I go? I asked myself ? I have not more stronger attraction than to be here ! I was a little sad. The strength came from where ? I have nothing now, but I have so many nice sisters. What astonish me that is they are smilingeven in the difficult time.We continuely searchfor thrust every day in special silence and joy . « I beleive » . « Hope never disappoint us ». Rom 5.5
The light come from where ? Its lamp Was the lamb . Re 2,23I want to follow the lamb where ever he goes ! we maybe disappointed by any authority on by any decision but God knows. He is the faithful one. Re 3,16

 XXX

 I’m D.P., a young novice of the sisters, who would like to give a little testimony about our Community of contemplative sisters of st Jean and st Dominique after the dissolution.

After that it came to the point when everything seemed to get end when we received the rescripte of dissolution. A rescripte that put our Community in trouble, a rescripte that dommage us, and a resuipte that changed everything.

One day I realised when I’m almost packing up all my staff to go back to the world  . . .that our community is still here although it has no name anymore and above all Jesus is always here although we don’t see or fell Him but He will never leave us and I beleive. And that made me strong to say yes to Him despite in all the persecutions our community is passing thought .

And I was so touch and encourage always just by seeing my sisters that remain very united to each other In our daily Search for truth though love and fraternal charity . And I believe that the Word of God help me and feed me a lot to be able to lived the life of the sisters up to the end and to be able to discern the will of the Father in my daily life.

XXX

I’m sister I., a sister of St John and St Dominique. I’m a sister more than 5 Years. During the 4 years of the crisis of the Community, each step of big choices makes me even more firm on the way of my vocation| and the teaching of the founders becomes more and more the light of my personal life.

After the dissolution of the community, facing thrust difficult trial Jesus is still « The Way » for me. Thanks to the light of the finality with I received from my formation that makes me stable in hope and go into the deep as Jesus command Peter to follow the lamb wherever he goes.

XXX

 I’m sister E., sister of st John and st Dominique. I’m in formation in Philippines. Face to the crisis happen in our community, from the human gaze it is very sad. I shed many tears specialy when we receive the letter from Roma to remove our habit, for me it is very difficult, the habit is the sign of the religious life, expecially in the Philippines, a catholic country .

But thanks be to God, our bishop of this parish allow us to keep blessed sacrement and also our elder sister to help me overcome and continue our life in the same before….we remove our habit always one year ago, but with joy and hope we wait , we trust our God who love us so much.

Publicités