Témoignage de Sr R.-M.

Il y a un an, le 8 septembre 2012, j’ai prononcé mes premiers vœux chez les sœurs de Saint Jean et Saint Dominique… après 6 ans d’attente dans la Communauté des Sœurs de Saint Jean. Et maintenant, cela fait 7 mois que j’ai dû enlever mon habit, le 8 février 2013.

Aujourd’hui, en la fête de la naissance de Marie, je suis pleine de confiance que c’est Elle qui garde ma vocation. Ces derniers mois, depuis que la communauté a été dissoute et que je me retrouve sans habit, Dieu a profité de ce qui est une épreuve pour me montrer quelque chose de très précieux : que la consécration ne peut pas être enlevée par des hommes. C’est une expérience tellement forte à vivre, quand on réalise que même si on nous enlève notre habit et détruit notre communauté, on ne peut pas toucher l’appel de Dieu sur une âme. Son appel reste actuel, c’est Lui qui me garde à Lui, aujourd’hui, malgré les circonstances.

Une autre chose que Dieu m’a montrée, c’est que son appel n’est pas abstrait. Il m’a appelée à Le suivre dans une communauté particulière, chez les Sœurs deSaint Jean. Quand j’ai dû quitter la Communauté des Sœurs de Saint Jean, je me suis demandé : « Mais que vais-je faire ? Où irais-je ? » Je ne pouvais pas aller ailleurs, ou choisir une autre forme de vie religieuse. Ce que le père Marie-Dominique et sœur Alix ont transmis est unique – une vocation de lumière, à vivre dans la lumière des trois sagesses. C’est ce que j’ai pu retrouver chez les Sœurs de Saint-Jean et Saint-Dominique. Je crois que Jésus veut cette communauté, et je crois qu’Il va la ressusciter. J’attends cela avec espérance, non seulement pour moi-même, ou pour la communauté dissoute, mais pour le monde tout entier, qui a tant besoin de la lumière, de ce mode nouveau de vie contemplative

Publicités