Réponse Espérance&Dialogue aux articles de La Croix du 10 sept 13

logoAED

Association Espérance et Dialogue,
35 Rue de l’Espérance, 75013 Paris

Paris, le 19 septembre 2013

Madame, Monsieur,

C’est avec grande tristesse et colère que les membres de l’association « Espérance et Dialogue », qui fédère près de 500 membres de plusieurs nationalités, pour la plupart parents des sœurs contemplatives de Saint-Jean et ex-religieuses de Saint-Jean-et-Saint-Dominique, ont pris connaissance des articles publiés, sous votre signature, le 10 septembre dernier dans l’édition disponible sur Internet.

Etonnement de la divergence entre la version papier et la version offerte sur la toile qui a ajouté le § suivant : « Certaines associations profitent de la fenêtre ouverte par Internet pour alerter sur des déviances, ainsi le site de la Pastorale Nouvelles croyances et dérives sectaire du diocèse du Mans, dont le responsable le P. Dominique Auzenet entend alerter sur des domaines aussi variés que les « dérives sectaires » de certaines communautés nouvelles, les dangers du chamanisme chrétien, les fausses mystiques et les « fausses conceptions sur la Providence »…

Stupéfaction donc de donner en référence le site ******* qui, se parant de l’autorité ecclésiale, non content de donner ce site* en référence, accueille dans son blog des propos aussi bassement accusateurs qu’invérifiés et dépourvus de preuves.

En réponse à l’un de nos membres, Mgr Benoît-Gonin, évêque accompagnateur du « Conseil Relations Interreligieuses et nouvelles croyances », a, par lettre du 15 juillet 2013, écrit qu’il était lui-même « écœuré de la manière dont les questions sont traitées dans ce site et les sources auxquelles s’alimentent ses responsables… »

Ces articles et commentaires, plutôt ces tombereaux d’immondices, sont cependant toujours en ligne et accessibles sous la couverture du Service National Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires.

Les membres de l’association ne peuvent que s’indigner que le journal La Croix, considéré par beaucoup comme la voix officielle de l’Eglise, ait apporté sa caution à de tels commérages, désinformation, diffamations et calomnies, dont les répétitions n’en font pas une vérité.

Outre leur caractère malsain, ces articles cautionnés montrent une rare indigence intellectuelle, illustrée par ce sophisme : « des fondateurs de communauté nouvelles ont gravement trahi l’Eglise. La communauté Saint-Jean, et particulièrement les sœurs contemplatives, étant une communauté nouvelle, elle a donc manqué à tous les commandements du Décalogue »

Ces parents ne comprendraient pas que le journal La Croix leur refuse la publication d’une mise au point du même ton que celui utilisé par Mgr Benoît-Rivière.

Une telle mise au point pourrait être très avantageusement accompagnée du rappel des exhortations du Saint Père : « Les commérages… la désinformation… la diffamation… la calomnie… sont destructeurs dans l’Église. C’est un peu l’esprit de Caïn : tuer son frère, avec la langue… » (Sermon à Sainte Marthe le 18 mai 2013) ; et le 3 septembre 2013 : «… enfer où sévit cette criminalité qui consiste à tuer le frère ou la sœur avec la langue. Celui qui hait son frère dans son cœur est un meurtrier (Apôtre Jean : lettre 1, chapitre 3, verset 15)… « La médisance peut détruire une famille ou une communauté »

Dans le passé, des « raisons d’Eglise » ont pu justifier de cacher la vérité. Que la lumière, la vraie lumière, soit faite sur des abus, des déviances et des actes odieux ne peut qu’être appuyé. Il est maintenant à se demander si ces mêmes raisons imposent de ne pas démentir les calomnies.

C’est aussi pourquoi ils souscrivent sans réserve aux propos l’un de vos confrères: … on la (vérité) viole pour assouvir une jalousie, s’attribuer un pouvoir… Hier on masquait, aujourd’hui on dénonce… Elle est ouverte la chasse aux sorcières qui s’ébrouent dans la fange des réseaux sociaux… Les rumeurs érigées en preuves, les faux témoins avancent masqués et les clameurs de la foule tiennent lieu de débats… Jésus en a été victime jusqu’à  la Croix »

Ces 500 parents font leurs ces derniers propos et se réservent le droit de diffuser ce présent courrier. Ils osent, ne voulant admettre que l’intention de cet article était de tuer son frère, espérer qu’au moins une rectification sera publiée dans le journal La Croix

En cette attente, veuillez accepter nos remerciements anticipés.

Le bureau de l’association « Espérance et Dialogue »

* « la conférence des évêques de France a tenu à préciser (en 1998) qu’elle s’interrogeait sur son « caractère catholique« . »

Lien vers l’article

Publicités