Dans une vie contemplative, dans l’amitié du Christ

Pour la Sainte Écriture, contempler le visage de Dieu est le plus grand bonheur : « Tu le réjouis de bonheur près de ta face », dit le psalmiste (Ps 21, 7). De la contemplation du visage de Dieu naissent joie, sécurité et paix. Mais que signifie concrètement contempler le visage du Seigneur, comment cela peut-il être compris dans le Nouveau Testament ? Cela veut dire le connaitre directement, pour autant qu’il est possible en cette vie, par Jésus Christ, en qui il s’est révélé. Jouir de la splendeur du visage de Dieu veut dire pénétrer dans le mystère de son Nom qui nous est manifesté par Jésus, comprendre quelque chose de sa vie intime et de sa volonté, afin que nous puissions vivre selon son dessein d’amour sur l’humanité.

De Sa Sainteté le Pape Benoit XVI, 1er janvier 2013

Il faut monter. L’expérience des alpinistes et celle des chrétiens sont proches, car de part et d’autre le défi est le même. Il faut se dépasser soi-même, il faut répondre à celui qui nous a dépassés, Jésus-Christ.

Jean Paul II, 20 juillet 1989

Dans cette amitié seulement s’ouvrent tout grand les portes de la vie. Dans cette amitié seulement se dévoilent réellement les grandes potentialités de la condition humaine. Dans cette amitié seulement nous faisons l’expérience de ce qui est beau et de ce qui libère. Ainsi, aujourd’hui, je voudrais, avec une grande force et une grande conviction, à partir d’une longue expérience de vie personnelle, vous dire, à vous les jeunes : n’ayez pas peur du Christ ! Il n’enlève rien et il donne tout. Celui qui se donne à lui reçoit le centuple. Oui, ouvrez, ouvrez tout grand les portes au Christ – et vous trouverez la vraie vie.

De Sa Sainteté le Pape Benoit XVI, 24 avril 2005

« Comme expression du pur amour qui vaut plus que toute action, la vie contemplative possède une extraordinaire efficacité apostolique et missionnaire. »

Jean Paul II, Vita consecrata, n° 59

« L’avenir de la mission dépend en grande partie de la contemplation. Le missionnaire, s’il n’est pas un contemplatif, ne peut annoncer le Christ d’une manière crédible. »

Jean Paul II, Redemptoris Missio, n° 91

Toute vocation à la vie consacrée est née dans la contemplation, de moments d’intense communion et d’une profonde relation d’amitié avec le Christ, de la beauté et de la lumière qui ont resplendi sur son visage. C’est de là qu’a mûri le désir de rester pour toujours avec le Seigneur — « Il est heureux que nous soyons ici ! » (Mt 17, 4) — et de le suivre. Toute vocation doit constamment mûrir dans cette intimité avec le Christ. « Votre premier engagement — rappelle Jean-Paul II aux personnes consacrées — ne peut donc qu’être dans la lignée de la contemplation. Chaque réalité de vie consacrée naît et se régénère chaque jour dans la contemplation incessante du visage du Christ. »

Repartir du Christ, n°25

Publicités